Les années en direct ->

72

73

74

75

76

77

78

79

80
Palmarès

 1976

-> REVENIR EN 75

Pour cette nouvelle saison un gros effort de préparation de la voiture a été fourni : 4 amortisseurs neufs...

Au mois de février, sur la neige à La Bresse, la voiture confirme ses étonnantes possibilités sur sol glissant : 4e au scratch, 2e du groupe 3, juste derrière la grosse Porsche 3L de Jean-Claude Bering et la fantastique berlinette proto de Jacques Henry.

photo : A. Conrath

Un peu plus tard, j'ai la mauvaise idée d'aller faire une course de côte, à Bourbach, où le moteur casse sur la ligne d'arrivée. C'est le seul moteur que j'ai cassé en 9 saisons !

Il est tout juste réparé pour le Lorraine, à l'occasion duquel j'ai recruté Patrick Diss qui fait là ses grands débuts. On termine doucement le rodage du moteur, puis en fin d'après-midi nous avons un long chrono dans la forêt d'Hérival. Au départ, il fait soleil, mais là-haut sur le plateau, à 5 kms de là, il y a un orage terrible. En "slicks" sous le déluge, en 45 kilomètres nous doublons les 7 concurrents partis devant nous, reprenant d'un seul coup 30 secondes à toutes les autres groupe 3, Alpine, Porsche.... Alors, nous changeons de stratégie, reprenant celle de mes débuts : à fond ! La moralité de la fable du lièvre et de la tortue montre les limites de notre tactique et nous terminons une fois de plus seconds, derrière Albert Lavaux sans l'aide de qui nous n'aurions sans doute pas pu terminer le rallye. A l'arrivée, l'écart qui nous sépare d'Albert est juste d'1 minute. Si Patrick n'avait pas pointé accidentellement avec 1' de retard au 1er contrôle, alors que nous attendions l'heure idéale depuis 3/4 d'heure (!), la fin de course aurait pu être "intéressante".

Entre printemps et automne, il y a l'été... Nous avons participé à l'un ou l'autre rallyes régionaux, dont le budget est beaucoup plus à notre portée que les nationaux. Nous y avons obtenu quelques belles places, 2è scratch du "Plaine et Cimes", rallye qui m'a souvent réussi.

La suite de la saison est conforme au début, les rallyes succèdent aux courses de côte. La voiture fait preuve d'une fiabilité totale : elle a franchi la ligne d'arrivée de toutes les épreuves où elle a été engagée.

A la fin de la saison, comme souvent, nous allons dans le Morvan faire "La Châtaigne", qui est inscrite au championnat d'Europe, cette année-là. Par chance pour nous, il pleut à verse et nous n'avons pas de pneus pluie. Tant pis, les mixtes font l'affaire. Avec l'aide complice d'un autre ami de toujours, Jan-Hug Hazard, nous gagnons le groupe 3 devant toutes les Porsche : c'est la fête !

Echappement

DNA

J'ai beaucoup d'anecdotes sur ce rallye qui s'est déroulé dans des conditions vraiment incroyables. Avec la grosse pluie du samedi après-midi, nous avons d'abord fait un gros travers qui nous a presque arraché une aile arrière, plié le pare-chocs, arraché la sortie d'échappement. Ensuite, après une séance d'aquaplanning sur un gros freinage, nous nous sommes retrouvés dans une échappatoire avec un gendarme assis sur le capot, sans dommage pour lui, heureusement.

Vers la fin de la nuit, on avait un long chrono très rapide à effectuer 3ou 4 fois. La route serpentait dans une vallée puis grimpait vers un coteau. Dans la montée, on voyait la route au fond de la vallée. Au premier passage, on roulait vite et j'ai vu la grosse BMW CSL de Jan Hug qui avionnait dans la partie rapide. A l'arrivée, on a gardé un epetite avance et je me suis dit que c'était bon pour nous. En effet, nous étions en tête du groupe 3 et je pensais que les Porsche roulaient à peu près à la même cadence que la BM. Au 2è passage, j'ai attaqué un peu plus fort. Dans cette fameuse montée, je regarde et surprise, je vois Jan Hug au même endroit! Du coup, la pédale d'accélérateur a failli traverser le plancher! Après quelques kilomètres à ce rythme un peu dément, on est partis dans un monstre travers dans une courbe rapide… En butée de contrebraquage, la voiture a décollé sur le bord de la route, traversé une haie, puis elle est retombée en contrebas dans un grand pré et au milieu d'un troupeau de vaches. Slalomant en pneus slicks sur l'herbe mouillée, on a réussi à éviter tous les animaux pour retomber sur un petit chemin qui remontait vers la route. Au bout du chemin, une barrière en bois... Patrick bondit hors de la voiture, arrache la barrière, j'essaye de remonter sur la route, on patine mais on y arrive au moment où passe le monstre BM sous notre nez. J'ose à peine imaginer la rigolade des deux loustics.

Finalement, malgré les acrobaties de l'après midi et les 3 minutes perdues dans la nuit, on a pu le faire, avec beaucoup de réussite, il est vrai.

Classement

classement fourni par mon ami Jean-Louis Clarr

Bilan : 3 victoires (rallyes),3 secondes et 1 troisième place (courses de côtes) sur 7 participations.

 

ON CONTINUE ?

72

73

74

75

76

77

78

79

80
Palmarès